Récapitulatif du « VITILIGO DAY » du 8 juin 2015 à Vancouver, Canada

/, Evènements, International/Récapitulatif du « VITILIGO DAY » du 8 juin 2015 à Vancouver, Canada

Récapitulatif du « VITILIGO DAY » du 8 juin 2015 à Vancouver, Canada

Par le Docteur Yvon GAUTHIER, Ancien Responsable de la consultation des troubles pigmentaires, Service de Dermatologie Hôpital Saint André Bordeaux, membre du Comité scientifique de l’AFV.

dr Yvon Gauthier

A l’occasion du  Congrès Mondial de Dermatologie, qui se tient tous les 4 ans, les chercheurs se sont retrouvés au moment du congrès, à Vancouver, pour échanger lors d’une journée entièrement consacrée au vitiligo et les recherches actuellement en cours. Lors de cette journée de nombreuses communications émanant des équipes de recherche de différents pays ont été présentées.

Les travaux de recherche fondamentale ou clinique présentés ci-dessous donnent un aperçu des thèmes de recherche qui sont actuellement abordés dans le domaine du vitiligo, et ce à travers le monde.

1/ Le « hit parade » des traitements proposés établi par les patients (Equipe Américaine  Pr Amit Pandya)

Comme vous le savez une grande variété de traitements vous sont proposés ainsi qu’aux patients  Américains. Cette enquête fait état de la préférence des patients en priorité pour la photothérapie, puis en seconde position pour la corticothérapie locale et en troisième position pour l’application locale du Tacrolimus (Protopic).

2/ La disparition des mélanocytes au cours du vitiligo (Equipe Marocaine du Pr L Benzekri)

S’appuyant sur une étude clinique et histologique portant sur plus de 50 patients, l’équipe  a démontré qu’il existait  vraisemblablement deux modalités  de disparition des mélanocytes. Ces deux modalités se résument ainsi :

  • une modalité non auto-immune caractérisée par un simple détachement post traumatique des mélanocytes de l’épiderme suivi de leur élimination vers l’extérieur a travers l’épiderme,
  • une modalité auto-immune liée a la destruction des mélanocytes par les propres lymphocytes du patient selon un processus comparable a un rejet de greffe.

La modalité non autoimmune a été retrouvée dans 24 % des cas, la modalité auto-immune a été retrouvée dans 58  % des cas. Il peut exister chez un même patient la coexistence de ces deux modalités. Deux stratégies thérapeutiques différentes pourraient être envisagées selon le cas.

3/ Les Fibroblastes dans la peau du vitiligo (Etude réalisée par l’équipe Italienne du Pr Picardo)

Les fibroblastes sont des cellules dermiques qui produisent des fibres conjonctives (Collagéne, Elastine) et qui sont largement impliquées au cours du vieillissement de la peau.

Au cours de la dépigmentation du vitiligo il apparait que les cellules touchées ne seraient pas exclusivement épidermiques (mélanocytes, kératinocytes) , mais que les cellules dermiques pourraient être aussi  atteintes.

Les fibroblastes provenant de peau de vitiligo et maintenus en culture présentent des signes  témoignant d’un certain degré de sénescence et d’atteintes par le stress oxydatif existant au cours du vitiligo. Il reste encore à préciser leur niveau d’implication.

4/ Analyse transcriptionelle de la peau du vitiligo (Equipe Niçoise du Pr Passeron)

L’équipe niçoise a réalisé une étude de biologie moléculaire de l’expression de cytokines au niveau de la couche cornée de la peau du vitiligo.

Les auteurs ont mis en lumière une diminution de l’activation de la voie Wnt qui intervient au niveau de la différenciation des cellules souches dermiques en  prémélanocytes.

Sur des explants de peau de vitiligo maintenus en survie au laboratoire, une ébauche de différenciation a été obtenue par stimulation  de cette voie  au moyen de produits  réactivant  la voie Wnt. L’utilisation future en thérapeutique de tels agents permettant le renouvellement des mélanocytes dans la peau de vitiligo pourrait  selon les auteurs présenter un certain intérêt.

5/ La concentration de l’homocysteine dans la peau et le sérum au cours du vitiligo actif (Equipe Egyptienne du Pr T Anbar)

Une élévation de la concentration du taux d’homocystéine dans le sérum  en relation avec une baisse du taux de Vit B12 et d’acide Folique avait été rapportée précédemment.

Les auteurs Egyptiens n’ont pas retrouvé cette anomalie chez leurs patients. Ils ont seulement mis en évidence une élévation ponctuelle de l’homocystéine dans la peau des lésions de vitiligo.

6/ L’élévation du taux d’Acétylcholine couplée a un déficit de l’activité de l’Acétylcholinestérase dans la peau du vitiligo (Equipe Egyptienne du Pr Mostafa)

L’élévation du taux d’Acetylcholine (neuromédiateur toxique pour le mélanocyte) dans l’épiderme est régulièrement constatée.

Cette élévation est vraisemblablement due à la diminution de son inactivateur (Acétylcholinestérase).

Ce déficit de l’activité de l’Acétylcholinestérase, que nous avions rapporté a Bordeaux il ya 20ans, pourrait être imputé au stress oxydatif existant au cours du vitiligo.

7/ La peau du vitiligo des extrémités digitales comparée a celle des autres parties du corps en Microscopie Electronique (Equipe Egyptienne du Pr.Esmat)

Comme c’est très souvent constaté, les taches de vitiligo des extrémités (mains et pieds) sont particulièrement rebelles aux différents traitements. Les auteurs ont comparé avec un Microscope Electronique les différents caractères de la peau des extrémités et des autres parties du corps.

Le manque de réponse thérapeutique des lésions des extrémités pourrait être en partie expliqué par le comportement particulier des mélanocytes dans la peau des extrémités mains et pieds qui se caractérise par une faible production de mélanosomes, et un transfert des mélanosomes aux cellules épidermiques peu important en raison de la petite taille des dendrites.

8/ Le vitiligo Familial non segmentaire au Maroc (Equipe Marocaine du Pr L Benzekri

L’équipe de chercheurs a comparé les données cliniques et histologiques des vitiligos familiaux et non familiaux (sporadiques) observés au Maroc.

Sur le plan épidémiologique les vitiligos familiaux représentent entre 15 à 20% de l’ensemble des vitiligos non segmentaires. L’étude a porté sur 69 patients dont 19 patients présentaient un vitiligo familial. Le vitiligo familial semble s’individualiser par rapport au vitiligo non familial par une apparition plus précoce avant l’âge de vingt ans ainsi que par une évolutivité plus grande.

9/ Le vitiligo du follicule pileux (Equipe Bordelaise des Prs Ezzedine,Taieb,Sénéschal)

L’équipe s’est intéressée à une forme rare de vitiligo atteignant préférentiellement le follicule pileux. Une dépigmentation pure des follicules pileux survient au niveau de la peau normalement pigmentée avant que n’apparaissent à distance des taches de vitiligo ou de pelade.

8 cas ont été observés essentiellement chez des hommes d’un âge moyen de 35 à 40 ans .

Cette entité pourrait constituer un lien entre des pathologies voisines : le vitiligo, le grisonnement prématuré du cuir chevelu et la pelade.

 10/ L’arrêt de la progression du vitiligo vu par les patients (Equipe Belge du Pr Van Geele)

Cette étude intéressante a voulu savoir quelles pouvaient être les conséquences de l’arrêt de la progression du vitiligo survenant en cours de traitement. L’enquête a été réalisée auprès de 799 patients.

En général un traitement est réclamé par 87,4% des patients et un traitement avec pour seul objectif l’arrêt de la progression est souhaité par 83,5% des patients.

Une fois l’arrêt obtenu, il a été noté une atténuation du désir de poursuivre le traitement en particulier chez les patients porteurs d’un vitiligo étendu. D’autres préfèrent que le traitement se focalise (quand ceci est possible !) sur les taches situées sur les zones visibles.

Enfin les réactions semblent différentes selon le sexe et l’âge. Les jeunes femmes constituent la population la plus demanderesse.

11/ Eruption cutanée au cours de la photothérapie par UVB (Equipe Canadienne du Pr Zhou)

L’équipe a mis en évidence une complication rare de la photothérapie utilisant les UVB qui semble survenir dans 1,6 à 2% des cas sous la forme d’une éruption.

L’éruption est qualifiée de lichénienne car elle reproduit des lésions similaires à celles du lichen plan. Cette éruption apparait préférentiellement chez les patients ayant subi de très nombreuses séances d’UVB.

Les lésions disparaissent sans séquelles dans un délai de 2 a 12 mois après l’arrêt du traitement, mais elles réapparaissent dés la reprise de la photothérapie par UVB.

12/ La Simvastatine comme traitement du vitiligo de la souris et du vitiligo humain (Equipe Américaine du Pr Harris)

La Simvastatine est un médicament largement utilisé pour ses propriétés anticholestérolémiantes tant en France et que dans le monde entier. Cette molécule possède aussi des propriétés freinant les réactions immunitaires en particulier après une chirurgie de transplantation cardiaque. Ce sont ces dernières propriétés qui ont intéressé les chercheurs.

Chez la souris porteuse d’un vitiligo, la Simvastatine favorise la repigmentation des lésions et semble prévenir l’apparition de nouvelles lésions en réduisant l’infiltrat de lymphocytes T8 (toxiques pour les mélanocytes) dans la peau.

12 patients porteurs de vitiligo ont été traités pendant 6 mois par de la Simvastatine avec des résultats moins bons que chez la souris. En particulier il n’a pas été noté de repigmentation significative.

Est-ce lié à des problèmes liés au niveau des doses, du mode d’administration ? Cela reste à confirmer. L’administration topique de la Simvastatine est envisagée par les chercheurs de l’équipe du Pr Harris.

13/Amélioration de la tolérance cutanée au cours de la photothérapie par UVB du vitiligo (Equipe Américaine du Pr Hamzavi)

D’une manière peu fréquente certains patients présentent une intolèrance aux UVB à partir de la dose générant un subérythème et qui correspond au début de la période d’efficacité.

En raison de cette photointolérance, il n’y a pas de possibilité d’augmenter en palier le dosage d’UVB comme cela est nécessaire, le traitement est donc peu efficace. L’équipe rapporte un cas d’amélioration de la tolérance aux UVB après la prise orale de corticoides (20 mg de prednisolone /jour).

La prise orale de prednisolone permettrait ces augmentations en palier et accroitrait l’efficacité du traitement.

14/Choix des techniques de greffe de mélanocytes ( Dr Majid Inde)

Le présentateur a fait état de son expérience chirurgicale de plusieurs techniques de greffes mélanocytaires : microgreffes, greffes ultraminces, greffes de mélanocytes non cultivés.

Dans son expérience les greffes ultraminces sont le traitement de choix en ce qui concerne l’efficacité, les greffes de mélanocytes non cultivés viennent en seconde position. C’est l’utilisation des microgreffes qui génère le plus de complications et est la plus chronophage à mettre en œuvre.

15/Variante technique de greffe de cellules épidermiques a partir d’un kit utilisable au cabinet (Equipe italienne du Pr Leone)

Un kit commercial a été utilisé sur des taches de vitiligo stable chez 12 patients. L’introduction des cellules greffées au niveau de l’épiderme des taches de vitiligo est effectuée non pas sur une zone derma ou laser abrasée, mais a l’intérieur de bulles préalablement induites avec de l’azote liquide.

Ceci dans un but de simplifier la technique et de la rendre moins onéreuse en évitant l’utilisation d’un laser. L’efficacité sur les douze patients traités est équivalente à celle utilisant l’artifice de la derma ou laser-abrasion.

 

Note de la rédaction des Newsletter AFV :

Nous remercions très chaleureusement le Docteur Yvon Gauthier pour sa contribution à l’information et la compréhension des courants de recherche en cours actuellement dans le domaine du vitiligo.

Nous constatons que les recherches avancent vers des explications toujours plus fines sur les mécanismes en œuvre au sein du derme et de l’épiderme, tant dans le domaine fondamental que thérapeutique.

Les traitements mentionnés doivent être prescrits par des dermatologues, et non par des personnes ne possédant pas les qualifications médicales légales pour traiter des patients ou décider de médicaments qui ont des principes actifs sur l’homme, et dont certains doivent faire l’objet d’un suivi dans le temps.

……… à suivre

 

2018-07-03T19:07:43+01:0019 novembre 2015|Catégories : Actualités, Evènements, International|Mots-clés : , |8 Commentaires

8 Comments

  1. Bonjour,

    J’accède enfin à mon compte AFV (mystères de l’informatique) et j’ai ainsi consulté les différents bulletins édités dont ceux de septembre et octobre.

    Merci pour tout ce travail d’information des adhérents.

    J’attends avec impatience des nouvelles des nouveaux traitements évoqués : anticholestérol, antiarthritiques et à base de prostaglandine….

    Quand connaîtrons nous la date de la prochaine AG?

    Bien cordialement

    Simone Davidian-Laidebeur

    • Webmaster 1 novembre 2015 à 17 h 39 min

      Bonjour Simone,

      Pour la prochaine AG, ce sera le samedi 2 avril 2016.
      Nous ferons un billet dans les jours qui viennent pour donner plus de précision.
      Merci encore pour votre soutien et à bientôt

      Cordialement
      L’équipe AFV

  2. Bonjour

    moi aussi, je rencontre quelques difficultés de connexion, notamment pour adhérer et payer directement en ligne. J’ai cru comprendre qu’il y avait un after-work le vendredi 13/11, jour où je suis exceptionnellement présente sur Paris. J’aimerais en savoir plus et notamment y participer.

    Comment récupérer la newsletter de septembre 2015? je ne la retrouve pas sur le site.

    MERCI par avance de vos conseils.

    A vous lire,

    bien cordialement

    Dominique

  3. Sanz 1 novembre 2015 à 16 h 24 min

    Bonjour,

    J’aimerai avoir des informations sur les nouveaux traitements concernant le vitiligo.

    Cordialement,

    Mme SANZ

    • Webmaster 1 novembre 2015 à 17 h 39 min

      Bonjour Mme Sanz, nous allons développer cet article dans les jours à venir. Un peu de patience merci. Il y aura bien sûr la prochaine rencontre annuelle du 2 avril 2016

  4. elmostafa zeaimi 7 novembre 2015 à 12 h 47 min

    apparition des taches sur les deux paupières supérieures remarquées après une très longues baignade et sous un soleil brûlant.
    un premier diagnostic montre qu’il s’agit d’un vitiligo(lampe wood).
    prescription de protopic0,03(matin et coucher du soleil) et locatop(soir) traitement de deux semaines
    les effets indésirables de protopic 0,03 préscrit par un dermato à mon fils de 8 ans me font peur
    quels conseils et merci

    • Webmaster 8 novembre 2015 à 19 h 22 min

      Bonjour Mme,

      Nous pensons que vous devez faire confiance en son médecin, car il semble bien informé sur le vitiligo.

      Le corticoide (locatop) freinera l’évolution de la dépigmentation. Le protopic est le traitement approprié pour une repigmentation, à condition qu’il soit associé aux expositions solaires (le fait de jouer ou marcher dehors suffit). L’ effet secondaire principal du protopic est qu’il y a une sensation d’échauffement pas toujours agréable, et c’est normal. Vous ne devez pas avoir de crainte, car ce traitement a l’AMM (autorisation de mise sur le marché) pour traiter les exzémas des enfants à partir de 2 ans. Le traitement doit être suivi comme indiqué par le médecin.

      Il est primordial de se protéger lors des expositions solaires, écrans total à indice élevé, il existe des vêtements anti-UV (même pour aller dans l’eau). Vous pouvez aussi prendre des informations sur notre page https://www.afvitiligo.com/le-vitiligo/chez-lenfant/

      Aussi pour des questions spécifiques à votre cas, nous préférons que vous utilisiez notre formulaire de contact :
      https://www.afvitiligo.com/lassociation/nous-contacter/
      Car c’est plus simple pour nous de vous répondre par ce formulaire (dû à nos processus internes). Merci pour votre compréhension.

      Bien cordialement
      L’équipe AFV

Laisser un commentaire

s2Member®