Qu’en est–il de la vaccination contre le Covid-19 pour les malades du vitiligo ?

Cette question, nous l’avons posée pour vous, nombreuses et nombreux à vous interroger, aux éminents spécialistes de cette maladie, membres de notre Conseil scientifique, les Professeurs Julien Seneschal (CHU Bordeaux), Thierry Passeron (CHU Nice) et Khaled Ezzedine (CHU Créteil)
Voici ce qu’ils nous écrivent pour vous informer :

————————————————-
CONSEILS AUX PATIENTS ATTEINTS DE VITILIGO CONCERNANT LA VACCINATION CONTRE LA COVID-19 (SARS-COV-2)

Sur la base des données de la littérature, et de notre expérience, il n’est à ce jour pas établi que les traitements utilisés pour la prise en charge du vitiligo, qu’ils soient par voie topique ou par voie orale, soient associés à un sur-risque de développer une forme sévère de COVID-19. Ces données doivent cependant être confirmées avec davantage de recul et à plus grande échelle.

Une recommandation : se faire vacciner contre le covid-19 même si vous êtes atteint de Vitiligo

En accord avec les recommandations formulées par la filière Fai2R (Filière Maladie Auto-Immune et Auto-Inflammatoire), Il est recommandé aux patients atteints de vitiligo de se faire vacciner contre le SARS-CoV-2. Cette recommandation concerne tous les patients, quel que soit leur traitement topique et/ou systémique. Les terrains du vitiligo ne sont pas des contre-indications à la vaccination avec les vaccins contre le SARS-CoV-2 disponibles et à venir.

Une petite réserve…

Seuls les patients ayant déjà présenté une réaction d’hypersensibilité à une injection de vaccin contre le SARS-CoV-2 ou des patients ayant une allergie prouvée aux composants de ces vaccins (notamment des excipients comme le proplylène-glycol ou le polysorbate 80), présentent une contre-indication aux vaccins anti-SARS-CoV-2 (recommandations américaines du CDC-Centers for Disease Control and Prevention et recommandations de la Fédération Française d’Allergologie).

Pas de risque infectieux

Les « vaccins ARNm » actuellement disponibles sont des vaccins « inertes », c’est-à-dire ne comportant ni virus vivant, ni virus inactivé mais uniquement l’ARN du virus. De ce fait, ils ne présentent pas de risque infectieux chez les patients atteints de vitiligo, y compris ceux sous traitement immunomodulateur. Il n’y a, à ce jour, aucun élément suggérant que la vaccination favorise la survenue de poussées ou influe sur la sévérité du vitiligo.

Les traitements par voie cutanée ne semblent pas influencer la réponse aux vaccins.

Pour les patients prenant une corticothérapie orale pour la prise en charge de leur vitiligo, il n’y a pas eu d’études évaluant l’efficacité des vaccins anti-Sars-Cov2 chez les patients recevant ce traitement par voie orale. Il n’est donc pas possible de savoir si, chez ces patients, la vaccination aura le même niveau d’efficacité que celui qui a été constaté lors des essais cliniques de ces vaccins.

Pas de relâchement dans les gestes barrières

Enfin, il convient de rappeler que la vaccination ne doit pas s’accompagner d’un relâchement des mesures barrières (masque chirurgical et lavage des mains au gel hydro-alcoolique), en particulier chez les patients qui présentent des facteurs de risques et/ou reçoivent un traitement immunosuppresseur.

Paris, le 28 janvier 2021

Pr Julien Seneschal Pr Thierry Passeron Pr Khaled Ezzedine
CHU de Bordeaux CHU de Nice CHU de Créteil

Liens :
1- https://www.sfdermato.org
2- https://www.cdc.gov/vaccines/covid-19/
3- https://sfa.lesallergies.fr/communique/

Autres liens utiles :
https://www.ansm.sante.fr/Dossiers/COVID-19-Vaccins/COVID-19-Les-vaccins/(offset)/0
https://www.ema.europa.eu/en/human-regulatory/overview/public-health-threats/coronavirus-disease-covid-19/treatments-vaccines-covid-19
https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/covid-19-vaccines
https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/la-vaccination/article/foire-aux-questions-la-vaccination-contre-la-covid-19
https://www.infovac.fr/