Les recherches concernant cette pathologie sont :

-       complexes et onéreuses en raison du caractère multifactoriel et génétique de la maladie

-       peu financées par le secteur public et considérées comme non prioritaires par le secteur privé

Le vitiligo fait partie des maladies orphelines oubliées par la recherche.

A l’aube du 3e millénaire, cependant la recherche concernant le vitiligo s’intensifie et se structure (Groupe Européen de Recherche sur le Vitiligo).

Souhaitons que les anomalies qui provoquent l’apparition du vitiligo soient identifiées. Ce qui devrait permettre un arrêt définitif de la progression du vitiligo.

Par contre, il restera de toute manière à résoudre la " réparation des dégâts " et là encore des progrès sont prévisibles dans les années à venir tant sur le plan de l’amélioration de la prolifération des mélanocytes persistant au niveau des taches, que de la mobilisation des mélanocytes des zones pigmentées vers les zones dépigmentées.

Ainsi le vitiligo ne sera plus une affection cutanée " orpheline " mais une dermatose comme les autres avec un traitement bien dosifié, prescrit et surveillé par des médecins spécialisés.

On peut espérer dans les années à venir disposer de traitements plus efficaces et plus performants.

Avec le Dr Y.GAUTHIER

Ancien responsable de la consultation des troubles pigmentaires, Service de Dermatologie Hopital Saint André Bordeaux