Éternelle question qui revient au début des beaux jours, comment choisir sa crème solaire et sur quels critères ?

Nous avons recueilli pour vous les informations indispensables pour que vous vous protégiez au mieux et que vous évitiez les brûlures dues au soleil sur la peau fragilisée par le vitiligo. Vos proches pourront également profiter de votre expertise !
A partir des questions que vous nous posez, nous vous proposons des réponses précises et sérieuses.

A quoi servent les indices des crèmes solaires ?

Source : Planète santé
L’écran total n’existe pas :
Le terme «écran total » a été officiellement interdit suite à une décision de la commission européenne.
La crème solaire est un filtre qui va protéger d’une manière plus ou moins grande du rayonnement UV.
Elle atténuera les effets du soleil, mais son effet va décroître avec le temps, en fonction de plusieurs paramètres : la quantité de crème appliquée, la chaleur et la sudation.
A chaque crème solaire son indice : ce sont les fameux 15, 30, 50 que l'on peut lire sur les emballages.
Lorsque l’on parle d’un indice «50», par exemple, cela signifie que dans des conditions de laboratoire, où il n’y a pas d’humidité, où le patient ne transpire pas, où il n’y a pas de frottement avec la serviette, avec une très importante quantité de crème bref, dans des conditions idéales, un patient qui «brûlerait» normalement en cinq minutes, «brûlera» en cinquante fois cinq minutes.
Mais dans la vie réelle, il faut diviser cela par trois.
Donc avec une crème à un indice de «30», une personne va pouvoir s’exposer dix fois plus longtemps au soleil sans brûler que si elle n’utilisait pas de crème du tout. Cela ne s’applique que pour les UVB, responsables de l’érythème solaire, soit le fameux «coup de soleil». Pour ce qui est des UVA, il n’existe pas de consensus sur la manière d’estimer la protection contre leurs effets.
Mais, durant cette période, elle n’a pas totalement bloqué les rayons UV. Selon le type de peau, cette quantité d'UV reçue ne doit pas être augmentée, et il ne faudrait donc pas s'exposer plus longtemps.
Il est toujours nécessaire de réappliquer la crème après la baignade.

Quel indice choisir ?

Source : Docti pharma
Le choix de l’indice de protection ou SPF dépend à la fois du type de peau et des conditions d’ensoleillement (plage horaire, durée de l’exposition, altitude, latitude, mer, montagne…). Plus la peau est claire (phototype 1), plus l’indice de protection doit être élevé.
Il existe 4 catégories de produits solaires selon les SPF :

  • Protection faible : SPF de 6 ou 10
  • Protection moyenne : SPF de 15, 20 ou 25
  • Protection haute : SPF de 30 ou 50
  • Très haute protection : SPF de 50+

Cependant, dans les hautes protections, la différence entre deux indices devient minime puisque un produit SPF 30 filtre 96.7% des rayons UVB contre 98% pour un produit SPF 50. Car en pratique c’est le respect du mode d’emploi qui compte. Il est en effet prouvé qu’une diminution de 50% de la dose à appliquer entraine une diminution d’efficacité de 75%.

Autrement dit, un produit d’indice 20 ou 30 appliqué généreusement partout est souvent plus efficace qu’un produit d’indice 50 appliqué qu’une seule fois dans la journée.

Connaitre son type de peau pour bien la protéger
Résumé des phototypes pour bien choisir sa crème solaire :
  • Phototype 0 : peau qui brûle très facilement et ne doit jamais s’exposer (albinos, population sans mélanocytes)
  • Phototype 1 : peau très claire, blanche, cheveux blond ou roux, yeux bleus ou verts et taches de rousseur apparaissant rapidement en cas d’exposition, brûle facilement au soleil et ne bronze jamais.
    >> Très haute protection obligatoire
  • Phototype 2 : peau très claire qui peut devenir halée, des cheveux blonds ou châtains clairs des taches de rousseurs qui apparaissent au soleil, brûle facilement et bronze légèrement.
  • Phototype 3 : peau moyenne, des cheveux blond ou châtains, peu ou pas de tache de rousseur, brûle modérément et bronze petit à petit
    >> Très haute protection ou haute protection
  • Phototype 4 : peau mate, cheveux châtains ou bruns aucune tache de rousseur, brûle à peine et bronze toujours bien.
    >> Protection moyenne ou haute protection
  • Phototype 5 : peau brune foncée, naturellement pigmentée, cheveux et yeux noirs : brûle rarement et bronze beaucoup.
    >> Faible protection ou moyenne protection
  • Phototype 6 : peau noire, cheveux et yeux noirs, ne brûlant pas
    >> Faible protection ou moyenne protection

De plus, la présence de nombreux grains de beauté sur le corps est un facteur de risque important pour le développement d’un cancer cutané surtout si ces grains de beauté (nævi) sont en quantité supérieure à 50 et mesurent plus de 2 mm : ils sont à protéger impérativement du soleil.

Crème solaire: faut-il respecter la date de péremption ?

La date de péremption est exprimée en mois et matérialisée par un petit logo en forme de pot.
Faut-il absolument la respecter et jeter sa crème solaire d’une année à l’autre ?
Comme tous les produits de beauté, les crèmes solaires ne sont pas impérissables et elles comportent une date de péremption au-delà de laquelle leur propriété n’est plus garantie. Pourtant, quand on part une petite semaine au soleil et qu’à peine le quart de son tube de crème est utilisé, on hésite : faut-il vraiment la jeter ?

OUI, je respecte la date et je jette mon tube de crème même si il est plein et a à peine servi si :

  • il a eu très chaud (c’est-à-dire qu’il a été laissé plus d’une fois en pleine chaleur sur une plage, dans une voiture ou sur une table en plein soleil)
  • du sable est rentré dans le tube (à la plage, il n’est pas rare qu’un coup de vent fasse voler du sable !)
  • il a pris l’eau (de mer, de pluie…)

Il existe des moyens simples de voir si une crème solaire est encore efficace après quelques semaines ou mois d’ouverture :

Il faudra JETER votre crème solaire si :
  • l’émulsion (la crème) est déphasée, c’est-à-dire que la crème n’est plus homogène
  • il y a des grains ou des grumeaux à l’intérieur
  • elle ne sent pas bon
  • sans la mélanger, un liquide sort quand on presse le tube

Dans tous les autres cas il est possible de conserver sa crème tout en gardant à l’esprit que les filtres solaires qui composent une crème solaire sont extrêmement fragiles.
Attention à bien protéger votre peau et à ne pas prendre de risques pour économiser quelques euros.

Christine, membre du conseil d'administration

Voir ou revoir la vidéo du Professeur Thierry Passeron, dermatologue au CHU de Nice et directeur d'une équipe INSERM de recherche sur le vitiligo et le mélanome. Il est aussi membre du comité scientifique de l'Association Française du Vitiligo.

Au fil de cette année 2020 si particulière, la mobilisation de l'AFV reste entière, et votre soutien est absolument nécessaire. Nous restons actifs et près de vous pour partager des informations, actualités et conseils qui vous concernent : ADHÉREZ pour continuer à soutenir votre cause !