Les ateliers maquillage ….. pour les hommes aussi !

Nous vivons une époque où les hommes accordent une importance croissante à leur apparence. Mais de là à participer à un atelier maquillage, le pas est sans doute plus difficile à franchir que pour les femmes… Et pourtant de plus en plus d’hommes y participent. Richard a eu la gentillesse de nous raconter son expérience et nous l’en remercions chaleureusement !

Témoignages

Richard

« Quand j'ai visité le site de l'Association Française du Vitiligo il y a longtemps, j’ai remarqué qu’elle organisait des ateliers de maquillage mais je n’envisageais pas d’avoir recours à ce moyen de camouflage. Bien que la maladie soit « bénigne », qu’elle n’induise aucune douleur physique, et qu’au début on l’oublie un peu (puisque mes tâches au visage et au pouce étaient petites), avec le temps, les tâches grandissent et deviennent plus nombreuses. Le regard toujours plus insistant des autres vous rappelle qu’elles sont bien là.
J’ai la peau mate qui bronze rapidement. La gêne du regard des autres revient avec les beaux jours. Les médecins disent que c’est une maladie psychosomatique, mais c’est plutôt une maladie somatique qui induit des effets psychologiques.
Quelques années après, je suis revenu sur le site de l’association et j’ai vu qu’un atelier de maquillage était proposé pour une date proche. Ne trouvant pas naturel de me maquiller, je me suis dit que cela valait quand même la peine que j’essaye au moins une fois. Mon amie m’a soutenu immédiatement en me proposant de m’accompagner. Il n’est pas facile de s’exposer devant les autres personnes, même si on se dit qu’elles ont les mêmes problèmes.
Heureusement, le jour de l’atelier, j’ai été très bien accueilli et me suis senti très vite à l’aise grâce à Danièle et aux « deux » Martine qui trouvaient toujours les mots qui convenaient.
Lorsque ce fût à mon tour d’être au soin avec Martine Omeyer, j’ai appris les techniques du maquillage correcteur, terme plus approprié que camouflage. Après 15 minutes, j’ai été bouleversé par le visage que j’ai redécouvert : il ressemblait à celui de mes souvenirs d’il y a 12 ans. C’était vraiment spectaculaire ! Je remercie sincèrement l’association d’avoir organisé ces ateliers et j’espère que d’autres personnes pourront continuer à en bénéficier. »

Christine

Après quelques heures passées dans le train, quelques minutes dans le métro, nous arrivons à l’école d’esthétique pour l’atelier-maquillage.
Danièle nous accueille avec la gentillesse qu’on lui connait et nous découvrons les autres participants. Un café nous est proposé. Il est vraiment apprécié surtout pour les personnes arrivant de loin.
Tous les inscrits sont présents. L’atelier peut donc commencer.
Martine Carré, notre psychologue, présente l’association rapidement et chacun se présente à sa façon en disant (s’il le souhaite bien sûr) quelques mots de son vitiligo.
Puis Martine Omeyer, notre maquilleuse, organise un ordre de passage avec chaque personne en respectant les horaires de départ. Elle s’occupera individuellement de chacun au minimum ½ heure.
Et voilà, c’est parti.
Mon train part tôt dans l’après-midi, donc me voilà la première dans ses mains.
Pendant ce temps, Martine Carré montre aux autres participants le choix de tous les produits de maquillage mis à la disposition de tous (fonds de teints correcteurs, teintures de peau, auto-bronzants et autres). La gamme est très variée et beaucoup plus étendue désormais.
Martine a trouvé (en moins de temps qu’il le faut pour l’écrire) le produit qui me convient. En quelques instants, je ne vois plus le vitiligo sur mon visage. C’est magique… Elle termine le travail en me proposant un joli maquillage des paupières, des yeux, des lèvres…trop bien !!!
Je n’oublie pas de prendre des notes sur les produits utilisés.
Puis je rejoins le groupe pour l’explication des autres produits. On discute, on teste, on parle de ses expériences en maquillage, on donne ses trucs, bref, on partage…, l’ambiance est parfaite, je suis très à l’aise. Pourtant, une heure auparavant, je ne connaissais pas tous ces gens ! Le point que nous avons en commun nous réunit c’est sûr, mais surtout fait que l’on se comprenne très vite.
On peut tout au long de cet atelier, circuler dans la salle, aller d’une discussion à l’autre, voir une personne qui teste un produit, l’essayer soi-même, demander des avis, et regarder Martine maquiller quelqu’un d’autre.
Là, coté émotion, nous sommes servis :
Je revois le visage de Richard découvrant son visage sans vitiligo. Cette dépigmentation apparente le gênait fortement car il sentait le regard de ses interlocuteurs. Je revois son amie, stylo en main prendre note sur un bloc et ses yeux étincelants, parce qu’émus de découvrir qu’il est si facile de faire disparaitre cette dyschromie.
Je revois aussi le visage de Myriam, et l’émotion de sa Maman également. Et cette émotion est partagée, et c’est une émotion positive qui fait un bien fou.
C’est difficile de la retranscrire, mais en écrivant ces lignes, elle me revient. On ne peut pas oublier un atelier-maquillage.
Nous n’avions pas le temps de voir le temps passer, c’est déjà midi…des pizzas arrivent…que l’on se partage comme dans une soirée entre copains, une excellente salade de fruits préparée par notre présidente, un petit café et l’on poursuit cet atelier (pas de temps à perdre).
«Zut mon train » déjà il me faut les quitter.
Merci à Vous, les Martine’ s pour vos compétences, votre compréhension, Merci Danièle pour ton sens logistique. Merci aussi à tous les participants, même ceux que je n’ai pas nommés. Je suis heureuse de vous avoir rencontrés, car vous m’avez apporté plus que vous n’imaginez.

Viviane

[….] Comment vous dire tout le bien que j'ai pensé de cette journée passée à Paris ; c'est une expérience très forte, riche en émotions ; ma fille et moi avons été enchantées à tous points de vue. [….]

Quelle journée ! Au départ, un groupe de personnes nouées par l'angoisse ; seulement 6 heures plus tard, un groupe d'amies joyeuses et détendues : chapeau mesdames ! vous pouvez être fières de votre action !

Vous-même êtes rassurante, bienveillante, douce avec les personnes mais aussi énergique, active dans la recherche de solutions, le tout avec une discrétion si précieuse ; Martine est aussi une fée ! la prestation de maquillage est bien sur réellement remarquable mais son attitude l'est plus encore ; [….] on ressent une force de vie communicative et on repart avec l'éclat de son regard ancré en nous. bravo ! […]

Albertine

Samedi 11 mars, date que j’ai attendue avec impatience, pour :
exprimer, partager et apprendre, tout cela avec des personnes touchées dans leur chair et dans leur âme, par la même souffrance.
Martine CARRE, Martine OMEYER et Françoise EPINAT, m’ont beaucoup apporté, tant sur le plan psychologique que sur le plan physique. Martine C. avec ses mots simples, justes auxquels j’étais sensible. Martine O. avec ses palettes et ses pinceaux plein de délicatesse, ses conseils que je n’imaginais même pas dans mes rêves. Françoise avec sa simplicité et son enthousiasme, prête à vous booster le moral.
Je suis arrivée dans cet atelier avec un camouflage (mot que Martine C. réfute), j’en suis ressortie avec un maquillage correcteur. C’était la première fois, que je me démaquillais devant autant de gens que je ne connaissais pas. J’étais moi-même impressionnée par ce sentiment de bien-être qui m’envahissait. Normal, les gens qui m’entouraient avaient le même problème que moi, alors on se sentait tout de suite comprise. Martine O. m’a appris à me maquiller avec légèreté, et à « jouer » avec mon vitiligo (sur les paupières), mes lèvres qui étaient toujours masquées par un rouge à lèvre de couleur prune ou aubergine, respirent avec seulement un soupçon de crayon contour. Quand je suis rentrée chez moi, quelle joie d’écouter mes filles me dire : « maman mais qu’est-ce- que tu es belle ! « Je ne peux pas en quelques lignes résumer ce que j’ai vécu en cette merveilleuse journée, o combien positive et enrichissante. Mes proches, collègues et amis ont bien remarqué que quelque chose avait changé. Cette joie de vivre et cet enthousiasme qui me qualifiaient ont été multipliés par deux. Un mot sur l’article paru dans le journal « La montagne » du 14 mars avec la photo sur laquelle j’apparais entre Françoise et Martine. Cet article a mis un point d’honneur à ma vie, car je voulais que tout le monde sache que ces taches disgracieuses se nomment : vitiligo et que je l’assume un peu plus aujourd’hui. Un grand merci à l’A.F.V.

PS : pour être amplement satisfaite, j’avais pris le soin de signaler que j’avais une peau mulâtresse.

Marie

« Samedi matin 9 heures, je suis en avance devant l’école de maquillage, je regarde les rares passants espérant découvrir une main plus blanche ou un visage différent, bref quelqu’un qui comme moi vient à la rencontre d’autres personnes atteintes du vitiligo et sûrement aussi à la rencontre d’eux-mêmes. Je me lance : je sonne... on m’ouvre. L’accueil est chaleureux, le café déjà chaud et je ne suis pas la première ! Pour moi, c’est le premier contact avec l’association et vers la reconnaissance de ma difficulté de vivre au quotidien ce vitiligo qui m’accompagne depuis plusieurs années. Sa localisation discrète dans le dos m’avait laissée jusqu’à l’an dernier la possibilité de l’oublier.
Cette année impossible de ne pas le voir : la dépigmentation s’étend autour de la bouche et commence sur les mains. Je ne vois plus que ça ! Alors je me suis lancée un défi c’est lui ou moi et si je suis là aujourd’hui samedi matin à 9h c’est que j’ai décidé de prendre le problème à bras le corps La journée est passée très vite, j’ai beaucoup écouté, parlé, essayé. J’ai ri pour la première fois de cette galère. En quittant l’atelier en fin d’après midi je me sentais belle, réconfortée, prête à sortir et à me laisser regarder... légère ! »

Participer à un atelier